Vernon Subutex, fragments

 

Résumé

Deux musiciens, un acteur et une actrice nous livrent des moments de Vernon Subutex, œuvre majeure de la littérature contemporaine écrite par Virginie Despentes. Avec une colère cinglante, un humour ravageur et une langue magnifique, c’est toute la misère et la beauté de notre société qui s’offre à nous. L’incarnation solaire des deux comédiens, la force d’une musicalité omniprésente, la simplicité du dispositif scénique nous embarquent au plus près des personnages du roman, bouleversants, drôles, pathétiques et forts à la fois. Ce spectacle, mélange de détails quotidiens et de vitalité profonde, puise son énergie dans ce roman dense, nerveux, physique et politique. Entre concert et théâtre, cette adaptation pour la scène de Vernon Subutex offre un tableau saisissant de vérité de la société d’aujourd’hui, entre rage et lumière. 

cliquer ici pour regarder le teaser

 Intentions

J’ai découvert Vernon Subutex début juillet 2019. Je n’avais jamais lu de textes de Virginie Despentes, et mis à part quelques vagues articles dans les journaux je n’avais pas d’idée précise de son travail. En 10 jours j’ai lu les 3 tomes de Vernon Subutex et Bye Bye Blondie. Une fois entrée dans son œuvre, je ne pouvais plus la lâcher. Je me réveillais le matin avec des phrases qui tournaient dans ma tête. Je me surprenais à utiliser malgré moi certains mots du livre dans mon quotidien. Vernon Subutex était en train d’infuser en moi.

J’ai d’abord été frappée par la dimension politique du travail de Virginie Despentes, toujours présente, quels que soient les romans. Dans son œuvre, il y a ceux qui triment et ceux qui récoltent. Les personnages, les situations s’ancrent toujours dans une réalité sociale bien précise. Vernon Subutex est un portrait en forme de boule à facette de toutes les couches sociales de notre société, et elle plonge dans chaque facette Elle fait entendre un réel, de manière très concrète, que je rencontre rarement dans la littérature : celui des paumés, des largués de la vie, les dingues, les prolos. Elle retranscrit la misère et la violence sociale avec un humour, une profondeur, une concision, une humanité qui rendent Vernon Subutex fascinant et foisonnant. Au-delà, son écriture m’a comme happée : sa musicalité, son oralité, sa densité, son humour, sa férocité me semblent unique dans le paysage français. Dans Vernon Subutex, elle bascule d’un personnage à un autre avec une facilité renversante, trouvant pour chacun une langue particulière. Son travail littéraire entrelace un vocabulaire quotidien, avec des registres de langue bien spécifiques, et des conclusions, lapidaires et lumineuses, qui tombent comme des coups de hache. Et puis au centre de Vernon Subutex se trouve le temps qui passe, les illusions enfuies, la perte des idéaux, les compromissions, le monde qui se détruit. En face, en contrepoint, se place la musique, la danse et le fait de construire du commun qui nous traverse, qui nous bouleverse, qui nous sauve... parfois. C’est pour moi LE roman de notre société, un tableau bouleversant, humain, drôle et cruel à la fois.

 

 

Quoi qu’en disent les tenants de la grande littérature, Virginie Despentes est bien l’une des autrices actuelles les plus importantes, inventrice d’une langue crue et directe, foisonnante et troublante qui plonge avec intelligence dans la complexité des méandres crasseux de notre époque et de ses angles morts : féminisme, déclassement, désir de marginalité, violence sociale ou raciale… Comme le reste de son oeuvre, Vernon Subutex contient une féroce charge politique. Un coup de foudre pour la metteuse en scène Perrine Maurin qui poursuit, ici, une recherche entamée dans Contrôle (2015) et AK-47 (2017) autour du théâtre engagé et documentaire. Mêlant souvent texte et musique sur scène, louant leurs rapports intimes et poreux, elle signe une adaptation en forme de concert littéraire polyphonique, ou d’oratorio musical, laissant libre cours à la puissance de la langue de Despentes. Porté par une musique physique et nerveuse, nourri de noise et de rock expérimental mais aussi d’improvisation, un couple d’acteurs livre un portrait en forme de boule à facettes de toutes les couches sociales de notre société par le biais de portraits ciselés, prélevés dans l’oeuvre. Autant de constellations aux tonalités d’écriture variées qui gravitent autour de Vernon comme les titres d’un album composant une traversée du XXIe siècle naissant. S’y retrouvent avec un humour dévastateur les pauvres, les paumés, les largués de la vie, les prolos, ceux qui échouent, qui ne partent pas en vacances au mois d’août, les doux dingues comme les vrais frapadingues. En astre solaire central, Vernon, looser sublime se confronte comme chacun de nous aux illusions perdues, à ses petites compromissions quotidiennes devenues trahisons de ce qui faisait de lui quelqu’un, à ses propres yeux. Face au temps qui passe et lasse, la musique et la danse viennent nous secouer, rappeler à quel point la construction d’un commun – relations nouées, rêves de fin de soirée, pensées éphémères partagées, coups de main… – porte en germe un autre horizon que celui, souvent lugubre, qui nous entoure. "Thomas Flagel

 

Équipe

Auteur : Virginie Despentes 

Editeur : Grasset

Adaptation, mise en scène : Perrine Maurin 

Collaborateur artistique: Augustin Bécard

Composition originale et interprétation musicale : Emilie Weber (violon, pédales), Julien Thomas (batterie, claviers, guitare) 

Comédiens : Jeanne Videau, Leo Grange

Création lumière, régie générale : Pierre-Eric Vives

Scénographie: Marlène Berkane, et une proposition inititale de Catherine Roulle

Costumes : Catherine Roulle

Régie son : Kevin Le Quellec 

Administration, Production : Hildegarde Wagner

 

Calendrier

Résidences de création : Théâtre Mon Désert / Ville de Nancy, CCAM Scène Nationale de Vandœuvre-lès-Nancy, NEST / CND de Thionville, Théâtre du Marché aux Grains à Bouxwiller, Théâtre Maison d’Elsa à Jarny

Création ANNULÉE le 1er décembre 2020 au CCAM Scène Nationale de Vandœuvre-lès-Nancy

NOUVELLE CREATION : 15 avril 2021, REPORTEE au 17 juin 2021 à 20h à L’Arsenal / Cité Musicale Metz, 

Saison 2021-2022

Le 10 et 11 janvier 2022
La Maison d'Elsa à Jarny - 54 / Coréalisation La Machinerie 54 - Scène conventionnée Homécourt  et Le Nest -
CDN de Thionville - Représentations à 20h30
Du 25 au 27 janvier 2022
CCAM Scène Nationale de Vandœuvre-lès-Nancy - 54
Représentations le 25 à 20h30, les 26 et 27 à 19h

Diffusion 2023

Samedi 20 mai 2023 à la salle Poirel de Nancy

En septembre 2023 (date à venir), à la Chaud-de-Fond (Suisse) à l'ABC

Production

Coproduction : CCAM Scène Nationale de Vandœuvre, La Machinerie / Scène conventionnée Homécourt, Cité musicale Metz / EPCC Metz en Scènes, Transversales / Scène conventionnée Verdun, Transversale / scène conventionnnée Verdun, Théâtre du marché aux grains Bouxwiller, NEST / CDN Thionville

Aide à la résidence : NEST / CDN Thionville, La Machinerie / Scène conventionnée Homécourt, Théâtre du Marché aux Grains à Bouxwiller, Théâtre Mon Désert / Ville de Nancy

Soutiens : Région Grand Est, DRAC Grand Est, Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Ville de Nancy 

Nous contacter

  • courierMJC Lillebonne 14 rue du Cheval Blanc  54000 NANCY
  • ///Production / Hildegarde Wagner
    +33(0)663276955 production(at)patriesimaginaires.net

    ///Artistique / Perrine Maurin 
    +33(0)6 61 50 41 84 perrine(at)patriesimaginaires.net

 

Newsletter