Habiter, résidence au Théâtre du Marché aux grains

bandeauNL 3 

 LA RESIDENCE EN RESUME

Cette résidence a pour objectif de mettre en place une recherche artistique sur la notion d’HABITAT, avec pour outils la recherche documentaire et l’improvisation, nourrie par une collaboration étroite entre Perrine MAURIN, metteure en scène de la cie les patries imaginaires et Vidal BINI, chorégraphe de KiloHertZ.

Cette résidence se fonde sur la conviction qu’un travail artistique innovant, pluridisciplinaire, qui met la pratique de l’artiste-interprète au centre, est un des vecteurs pour comprendre, témoigner et interroger notre monde.

UNE INVITATION A PARTICIPER

Pour démarrer cette résidence, nous lançons une INVITATION : nous recherchons des gens de Bouxwiller et des environs qui aimeraient témoigner et parler de leur maison et/ou de leur quartier.

Perrine MAURIN viendra alors à votre rencontre pour discuter avec vous et enregistrer les paroles que vous souhaiteriez lui confier au micro. Ces enregistrements serviront de matériaux artistiques et sonores de performances à venir en 2021...

De joyeuses surprises en perspective !

Contact et informations : 03 88 70 94 08 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Flyer de présentation de la semaine de résidence à Weiterswiller

Crédit photo: Ludmilla Cerveny

LA MAISON MOBILE

Cet espace d’accueil et de jeu, représentation minimaliste d'un habitat, réalisé et aménagé par un collectif d’architecte Lily et Rami, a vocation à se déplacer, dans les communes, sur les places, dans les paysages naturels, pour accueillir les artistes, les habitants et/ou les spectateurs. Cet espace est un lieu de rencontre qui « va vers » la population et s’inscrit au cœur même du territoire. C’est un lieu de lectures, de performances, d’écoute audio, de consultation d’ouvrages, de visionnages de films. C’est un lieu de recueil de témoignages aussi, à la fois laboratoire artistique mobile, forme ouverte de représentation/présentation et lieu d’accueil pour tous. 

UNE PREMIER SESSION DE TRAVAIL DANS LA MAISON MOBILE 

Cette première session de 5 jours du 24 au 28 mai 2021 sera centrée sur une recherche autour de « la poétique de l’espace ». Un groupe (« la team house ») de danseurs/comédiens (Augustin Bécard, Vidal Bini, Marie Cambois, Galaad le Goaster et Perrine Maurin) arpentera divers espaces de Weiterswiller, tout en ayant pour lieu de travail et point de rencontre avec les habitants, une maison mobile. Ce premier laboratoire vise avant tout à définir un socle commun de travail. Il s’agit de trouver un début de vocabulaire commun qui fasse de la « team house » un groupe autonome capable au bout de quelques jours d’improviser et de créer ensemble des performances comme des caisses résonnances poétiques entre le groupe et l’espace investit, quel qu’il soit : maison, jardin, place, institution, rue, champs etc...

NOTES D'INTENTIONS 

Espace de protection et d’intimité, la maison (ou le lieu de vie) est une donnée fondamentale de l’homme qui peut revêtir de nombreux visages : demeure, logement, abri, caravane, mobil-home, cabane, habitat, foyer, habitation, domicile, résidence, logis, gîte, pavillon, immeuble, appartement, chez-soi...

Quelles relations tissons-nous avec notre habitat/notre maison ? Est-ce uniquement un lieu protecteur ? Originellement, dans sa structure primitive de la grotte, c’est la fonction qu’il avait, avant toute peinture sur les murs. Mais aujourd’hui, l’habitat est aussi un bien, devant lesquels les hommes sont inégaux. De quoi la maison protège-t-elle (ou pas) ? Réalité sociale avant tout ? La maison est également en relation avec l’espace géographique, que ce soit le quartier ou une réalité plus vaste. Quelles relations cela suppose à la nature, au paysage, à l’architecture, à la ville ? Quel est notre paysage domestique ?

Et surtout que suppose le fait d’habiter un espace ? Quelles relations au corps cela signifie-t-il ? une relation purement fonctionnelle ? Une machine à habiter ? ou une relation plus intime, plus proche ? Comment investit-on sa maison ? Est-ce que l’on s’approprie un espace pour en faire le reflet de ses goûts, de son âme, sa poésie intérieure, ou autre chose se joue ici ? Qu’est-ce qui se noue dans cette tension de l’intérieur, du féminin, du masculin, de l’organisation, du corps, incarné par une maison ?

Le chez-soi serait-il à distinguer de la maison ? Comme le mot home anglais se dissocie du mot house (maison), le foyer réfère-t-il uniquement à la famille ? Quels modèles s’immiscent dans nos relations à cet espace domestique, conçu comme privé la plupart du temps, marque de la vie quotidienne mais aussi de la vie sociale de l’habitant ?

A travers ces multiples questionnements, le prisme de l’habitat se révèle à la fois très large et concret. Par les différents angles qu’il comporte, il permet d’aborder collectivement avec la population des problématiques intimes et universelles, locales et globales. 

 

Habitat, maison, home, house, foyer, demeure, logement, abri, caravane, mobil-home, cabane, foyer, habitation, domicile, résidence, logis, gîte, pavillon, immeuble, bidonville, taudis, grotte, appartement, chez-soi...

 

SOUTIENS

La cie les patries imaginaires bénéficie du soutien de la Région Grand Est pour cette réseidence de recherche artistique de 3 ans (2020/2023) au Théâtre du Marché au grains de Bouxwiller.

Nous contacter

  • courierMJC Lillebonne 14 rue du Cheval Blanc  54000 NANCY
  • ///Production / Hildegarde Wagner
    +33(0)663276955 production(at)patriesimaginaires.net

    ///Artistique / Perrine Maurin 
    +33(0)6 61 50 41 84 perrine(at)patriesimaginaires.net

 

Newsletter